ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  Tarlov et Arachnoïdite 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

Liens


Découverte mécanisme de la douleur chronique

Découverte de la cause des douleurs chroniques 
Nouvelles De La Recherche Médicale 
Édité : Lundi, 23-Jan-2006  
 
De nouvelles recherches prouvent que ce sont les fibres intactes du ou des nerfs qui causent les douleurs chroniques et non celles qui sont lésées. 
 
Ces résultats inattendus, dus au Dr Laiche Djouhri, au Professeur Sally Lawson  
et à leurs collègues de l'université de Bristol, R-U, sont rapportés dans le journal de la neurologie. [ 25 janvier, 2006 ]. 
 
Les précédentes recherches sur la douleur chronique tendaient à se concentrer sur les fibres endommagées, soit après un traumatisme, soit à la suite de maladies et non sur les parties intactes des fibres. Cette nouvelle découverte va pouvoir aider les compagnies pharmaceutiques à formuler des médicaments anti-douleur pour ces douleurs chroniques de type neuropathique. 
 
 
Le Professeur Lawson déclare en effet : "le mécanisme de cette douleur chronique et la raison de son apparition parfois subite n’avait jamais été compris. Maintenant que nous connaissons le type de  
fibres nerveuses impliquées, et particulièrement le fait que ce sont les fibres intactes qui sont à l’origine de cette douleur, nous pouvons les examiner pour découvrir ce qui les amène à transmettre continuellement des impulsions de douleur au cerveau. Ceci devrait aider pour la  
recherche de nouveaux analgésiques qui seraient alors efficaces pour ce type de douleur." 
 
La douleur chronique est une douleur à type de brûlure, de sensation de pointes aigues, de coups sourds, d’arrachement… qui se produit spontanément après des lésions au niveau des nerfs. À la différence de celle ressemblant par exemple à la douleur ressentie après avoir reçu un coup de marteau sur le pouce,la douleur chronique est particulièrement difficile à vivre parce qu'il est souvent impossible de la traiter avec les anti-douleurs actuels. 
 
 
Djouhri et Lawson prouvent que les cellules des nerfs responsables de ce fait sont les neurorécepteurs. Il y a des milliers de cellules dans chaque nerf qui sont constitués de fibres très longues et fines. Ces fibres relient les nerfs à la peau, ou à d’autres tissus ainsi qu’au cordon médullaire.. 
 
Une fois activé par des lésions ou des maladies, l’ inflammation des fibres de ces nerfs produit des 
impulsions électriques qui voyagent le long de la fibre de l'emplacement des dommages jusqu’au cordon médullaire, et de là, l'information est envoyée au cerveau. Plus l’inflammation se transmet rapidement aux fibres intactes, plus la douleur chronique est forte. 
 
Le DR Djouhri ajoute : "la cause de cette inflammation dans les nerfs ou les tissus sains est provoquée par la mort ou la dégénérescence des fibres blessées dans le même nerf." 
 
Le mécanisme décrit par Djouhri et Lawson se produit après qu’un nerf ait été endommagé ou lésé. L’inflammation est conduite par les fibres et les tissus sains. 
 
Davantage de recherche est maintenant nécessaire pour établir d’une manière générale ce mécanisme peut contribuer à engendrer une douleur chronique qui est souvent associée à une grande variété de maladies notamment celles du dos ou celles liées à d’autres pathologies où les nerfs et les neurorécepteurs sont impliqués 
 
à lire également: 
 
http://www.med.univ-rennes1.fr/resped/s/neuro/cours/referentielnational/douleurmi.doc  
 
Vous y trouverez notamment en pages 4 et 5 les descriptions de nos douleurs! 
 
Une nouvelle approche: 
 
Introduction à la douleur centrale 
« La douleur au delà de la douleur »  
 
La douleur centrale est le nom pour un syndrome de douleur qui se produit quand les dommages au système nerveux central sont insuffisants pour causer la paralysie mais suffisamment pour causer la sensibilisation centrale du système de douleur.  
l'école médicale n’étudie que la partie motrice du nerf. Puisque les nerfs sensoriels ne se comportent en rien comme des nerfs - moteur, le comportement de la douleur centrale peut sembler anti-intuitif à tous ceux qui ont eu le fonctionnement des nerfs moteur en tant que majeure partie de leur formation.  
Un nerf moteur blessé porte simplement moins le courant. Les nerfs sensoriels blessés, paradoxalement, font exactement l'opposé, ils augmentent leur signal. Ce n'est pas une augmentation simple, par la suite ils ont la faculté d’influencer sur les neurones voisins non endommagés comme une mise à feu autonome (Le travail de Devor : L’axone, E-D. Waxman, université d'Oxford. Serrez, 1995). 
Le processus peut devenir si violent que le thalamus, le centre de la douleur du cerveau, envoie des impulsions de ces nerfs blessés. Après une certaine période, le bombardement menace la mort du neurone dans le thalamus, il se ferme. La douleur centrale se produit apparemment en ce moment. La Radio stimulation de la région spinothalamique, qui ne cause aucune sensation dans les personnes sans douleur centrale, recrée la sensation de la douleur centrale dans ceux qui ont la condition. C’est comme si le système entier de douleur était la partie terminale d’un nerf. Les signaux de douleur atteignent ainsi le cortex, causant la douleur insupportable. 
Les nerfs sensoriels ont été conçus pour effectuer leur meilleur travail face aux traumatismes. Ceci diffère des nerfs - moteur, qui mettent le corps au repos pour réparer les dommages en diminuant leur fonction. Il est difficile d'obtenir chez les cliniciens de passer différemment en ce qui concerne les nerfs-moteur qu’en ce qui concerne les nerfs sensoriels. Il y a des dispositifs de douleur centrale qui peuvent sembler inattendus.  
Parmi ces dispositifs inattendus : 
• Le stimulus qui cause habituellement les aspects les plus insupportables de la douleur centrale est la douleur due au plus léger contact , particulièrement si ce contact est permanent comme de porter un vêtement ou avoir un drap sur soi Ces personnes font tout pour éviter des textures frottant sur la peau. 
• La douleur brûlante, que le contact léger déclenche mais pas immédiatement, mais après un certain temps, (semblable à la manière de la douleur du coup de soleil qui se produit bien après les dommages UV). Ceci s'appelle addition lente et c’ est un phénomène temporel. Cette « brûlure » est moins dans la grandeur mais identique par sa qualité à la brûlure spontanée, une brûlure omniprésente qui peut être le seul symptôme présent de dysesthésie (brûlure bizarre).. La brûlure dysesthésique est la sœur de la brûlure spontanée. Particulièrement aux périphéries (par exemple Les mains) Le stimulus qui évoque la brûlure change d’un patient à l’autre. Un tel stimulus peut être un contact, une texture, ou une chaleur légère. 
Les données très limitées suggèrent que des dysesthésies (douleur brûlante) aussi addition spatiale, ce qui signifie que de plus grands domaines peuvent être douloureux, l'importance de brûlure devient plus grande. La dysesthésie est plus grande là où la sensation de contact est la plus petite, c'est-à-dire d'une manière distale sur le corps. 
• La douleur centrale peut aussi conduire à ce que l’on pourrait appeler « hyperpathie ». Ceci tend à se produire de façon la plus importante là où la sensation est la plus présente, ce qui est généralement approximativement sur tout le corps. L'endroit de l’ « hyperpathie viscérale »l semble suivre de manière plus fréquente les voies digestives dont l’intestin. Ce qui est ressenti comme pénible par les personnes ne souffrant pas de douleur centrale est beaucoup plus douloureux en douleur centrale, mais rien n’est ressenti jusqu'à ce qu'un stimulus normal plus grand que de douleur soit appliqué.  
Cette hyperpathie intervient avec un « retard » sur le stimulus et est souvent coexistant avec la dysesthésie. Avec l’ hyperpathie, il y a un niveau du stimulus nocif qui n'est pas perçu. C’est réellement un seuil de douleur intensifié, mais à retardement. Il est très difficile déterminer le seuil intensifié parce qu'il est tellement facilement excédé. Une fois que le seuil a été excédé, ou quand la douleur est d'abord perçue, la réponse de douleur dépasse et répond violemment. Ceci s'appelle douleur retardée et dépassée. 
Le stimulus peut être fort, chaleur, ou froid. Il est plus commun que la chaleur stimule la réponse hyperpeptique pour les personnes qui ont une perte motrice importante, alors qu'il est plus commun r que le froid produise de l’ hyperpathie pour les personne qui gardent certaines fonctions motrices. 
La douleur à retardement mais d’autant plus forte" est généralement considérée comme un synonyme de hyperpathie, mais ce n'est pas vraiment pareil puisque l'hypersensibilité à la douleur peut se produire chez ceux dont les systèmes nerveux sont normaux (tels que le coup de soleil). Seulement ceux avec des nerfs lésés peuvent percevoir le terme de hyperpathie. L'essai n'a pas été fait pour déterminer à quel point l’ hyperpathie neuropathique (système nerveux blessé) est semblable ou différent de l’ hyperpathie nociceptive (système nerveux normal). Hyperpathie se produit également dans les viscères (intestin), mais est montré là comme sentiment de trop-plein, presque à éclater, comme : distension fortement visible et gaz. De même, la sensation de vessie pleine devient insupportable.  
La sensation de satiété est souvent contradictoire avec la quantité d’aliments ingérés. Les patients essaient en vain de réguler leur alimentation pour éviter ce problème (de même prise de diurétiques ou laxatifs doux), Les données limitées indiquent que l’ hyperpathie relative à la douleur centrale augmente directement dans les secteurs où le patient ressent cette la sensation de contact, qui est habituellement sur tout ou partie du corps, un élément qui est exactement l'opposé de la dysesthésie brûlante, qui augmente habituellement d'une manière différente. Ces éléments peuvent habituellement être confirmés par l'interrogation soigneuse, mais il est rare que le patient puisse donner l'information puisque les éléments ne sont pas pareils pour tous et toutes les douleurs dysesthésiques sont mal localisées.  
Il n'y a certainement pas de domaine plus difficile dans lequel on peut obtenir un tableau correct que dans le domaine de cette douleur qui est « indescriptible ». Les résultats des interrogatoires a rendu la littérature sur le sujet presque incompréhensible. Le clinicien devrait répéter des questions plusieurs fois , sous plusieurs angles avant d'assumer que le patient diffère de la norme en douleur centrale . 
• Ce contact léger qui est perçu en douleur centrale peut être considéré comme semblable à celui d'une lèvre meurtrie tandis qu'il est décrit semblable à l'anesthésie dentaire pour d’autres, ou comme un membre « endormi ». Il est cependant, tout à fait douloureux, « comme des aiguilles ». C’est une composante intense des douleurs centrales mais pas la seule. Ces sensations peuvent être si fortes que le patient ne peut en distraire son attention, ou exister sous une forme mineure. Les patients le comparent presque toujours à un membre qui a été endormi et retrouve ses sensations. Cela s’appelle « la douleur circulatoire ". 
• Un patient souffrant de douleur centrale qui prête une attention très particulière peut pouvoir répondre assez bien au contact léger, créant une impression fausse pour l'examinateur précipité qui pense alors que le patient n’a pas la sensation de contact « faussée » (Le Test de Von Frey peut détecter la diminution « subclinique » de la sensation de contact) 
• Des cliniciens sont souvent impressionnés de la façon dont les patients normaux peuvent considérer la douleur, mais à l’opposé, ils ne peuvent comprendre que la douleur que le patient sait n’être pas de la douleur normale, est grave. La douleur centrale, sous sa forme en pleine maturité, est une torture persistante. Des personnes ainsi chroniquement torturés souvent deviennent ou dépressifs ou retirés sur eux-mêmes C’est si grave que, manquant de vocabulaire, ils ne peuvent même pas se faire comprendre et entendre et sont même « honteux » de décrire à quel point cette douleur transforme leur humanité. Des qualifications verbales pauvres peuvent également être effectuées à cause de la douleur elle-même qui rend l’individu moins fonctionnel et moins apte à rendre compte de son état par manque de commentaires appropriés, d'emphase appropriée, pendant la conversation. L'imprécision et l'étrangeté des symptômes sont également des facteurs tendant à limiter la compréhension et l’appréhension exacte du problème par le professionnel de santé.  
 
Puisque la maladie a tant d'aspects, nous sommes redevables envers le Dr. David Bowsher d’avoir trouvé le facteur commun le plus évident. De tous symptômes, il a identifié les trois qui permettent un diagnostic simple :  
La douleur brûlante, souvent avec un composant paradoxal de froid, rendu plus douloureux par un léger contact ou le frottement d’un vêtement. 
La douleur centrale a des aspects thermiques définis. C'est habituellement une fenêtre étroite de confort relatif dans les températures ambiantes et début de la brûlure avec le changement de température, chaud ou froid. Alternativement, les aspects thermiques peuvent se manifester comme sensibilité peu commune à se réchauffer dans les parties d’un membre ou du corps.. Des aspects thermiques sont omis de ces critères parce qu'ils sont également communs à l’empoisonnement par la cigüe.  
En général, il s'avère que plus la sensation est ressentie ou rencontrée, plus les symptômes de la douleur centrale se manifestent. Les personnes qui ont conservé la plus grande intégrité des fonctions neuronales montrent un plus grand éventail et intensité dans les symptômes et ont plus de problèmes à endurer la douleur.  
 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

 
 
 
 
 
(c) Tarlov-aracEuropeInformation - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 8.02.2010
- Déjà 18704 visites sur ce site!